Accueil >A Propos

Géantes Invisibles
Célébrer de leur vivant des femmes inspirantes qui travaillent pour la justice sociale et le bien être dans leur communauté

« Géantes Invisibles » est né de la volonté de mettre en lumière des femmes extraordinaires œuvrant dans la plus grande simplicité et de manière non tapageuse pour le développement de leurs communautés ; militantes à leurs niveaux en faveur du changement social.
Qu’elles soient de Kaolack, Toubab Dialaw, St Louis ou de Ziguinchor, de l’Afrique ou de sa diaspora qu elles soient des personnalités politiques ou de la société civile, des féministes, activistes engagées, ou encore artistes… Toutes sont entièrement dévouées et font un travail remarquable au service des autres.

Nous voulons les mettre à l’honneur en documentant leurs histoires, en montrant leur image, en créant des événements physiques et virtuels pour partager avec le plus grand nombre leurs histoires, le voyage de leurs vies, ainsi que leurs expériences ; à travers une série de portraits et de biographies qui laissent entrevoir comment des « femmes ordinaires » peuvent devenir des piliers pour toute une communauté et changer de manière positive la vie de nombreuses personnes dans leur entourage immédiat.
Battantes, indémontables, et volontaires ; elles ont en commun l’amour et la générosité… Elles sont débordantes de vie, malgré la difficulté et les embûches dans leurs combats respectifs.

« Géantes Invisibles, c’est un concept que j’ai appris d’une autre femme, une autre Géante Invisible. En 1996, lors de mon premier voyage aux Etats-Unis avec l’Institut pour l’Education Populaire au Mali, nous rencontrons cette force, cette dame qui organise régulièrement un grand évènement qu’elle appelle « Jubilee », qui commémore la lutte pour les droits des noirs aux USA. Un grand évènement, mais de toutes les activités, quelque chose m’a touché et est restée dans mon cœur. C’était une activité qu’elle avait nommé « Géantes Invisibles » ; durant laquelle elle remettait des trophées à des femmes qui ont participé à la lutte pour les droits civiques. Des femmes dont les noms étaient méconnus, en tout cas pour nous qui venions d’Afrique : Amélia Boynton (https://fr.wikipedia.org/wiki/Amelia_Boynton_Robinson), Mary Foster, Diana Nash… Et Faya Rose Touré disait : « Il y a tant de femmes qui ont fait tant pour les mouvements souvent elles sont invisibles dans l’histoire des changements. Et je tiens à les célébrer. ».

Cette leçon m’est restée et depuis je regarde autour de moi et je vois ces Géantes Invisibles, ces femmes qui patiemment, transforment leurs communautés. Ces femmes vers qui les autres se tournent lorsqu’ils sont dans le besoin. Quand on les cherche, on les trouve souvent… Sous notre nez. On les voient sans faire attention à elles. Il y a tant de femmes qui ont dépassé les cadres culturels, religieux et économiques qui avaient déjà décidé de la limite de leurs destinées.

A chaque fois que je les rencontre et que je les reconnais, je me demande quelle force leur a permis d’échapper à la spirale enclenchée depuis leur naissance. Comment et où trouvent-elles la force et aussi la chance de survivre et défier les normes établies ?

Cela fait plus de vingt ans que je collectionne des histoires de Géantes Invisibles, des histoires si vraies qui pourtant dépassent la fiction. Des histoires de femmes qui nous soignent du désespoir et du cynisme. Mais qui soigne celles qui soignent ? Qui prend soin des géantes invisibles et de celles qui donnent l’espoir ?

La célébration des Géantes Invisibles est une tentative de reconnaissance et de soin pour celles qui donnent autant à tant de personnes dans nos communautés. »

Coumba Touré
Coordinatrice du mouvement panafricain Africans Rising for peace justice and dignity
https://www.africans-rising.org

fr_FRFR
Retour haut de page