Madeleine Devès Senghor
Juriste

Madeleine Devès Senghor est une digne fille de l’époque senghorienne, car elle évoque avec autant d’intérêt ses anciennes fonctions dans la Haute Administration sénégalaise, que son travail de plasticienne éprise de culture, qui l’a accompagnée toute sa vie.

Juriste de formation spécialisée en droit public, elle faisait partie de la première promotion d’étudiants de l’indépendance, en 1961. Cette promotion qui a dû remplacer les fonctionnaires coloniaux, sur le départ, a été responsabilisée à sa sortie de l’université.

« On était la génération de la construction nationale. On se voyait comme des maçons au pied d’un mur et il fallait monter les briques. »

Les difficultés de parcours qu’elle raconte sont celles de choix personnels qui ont été influencés par le destin personnifié par son père. Car celui-ci s’est opposé à ce qu’elle fasse une carrière internationale de peur de voir sa fille partir dans un étranger violent pour une femme.

00:00
00:00
fr_FRFR
Retour haut de page