Binta Sarr
De solidarité et d’une ferveur éternelle

Géante, véritable éducatrice, pionnière et visionnaire dans le domaine de l’autonomisation des femmes rurales avec des réalisations impressionnantes :  coopératives, mutuelles de santé et de crédit.

Binta Sarr, originaire de Kaolack, est une femme d’une soixantaine d’années toujours active malgré des problèmes de santé. Elle continue à aller sur le terrain, surtout lors des conférences et des formations. Elle est très respectée par sa communauté et connue dans le monde entier, grâce aux résultats tangibles qu’elle a obtenus.
Membre de la société civile, elle a siégé au Comité citoyen des assises nationales de 2012 pour la région de Kaolack. Elle reste attachée à l’action citoyenne, car selon elle, les partis politiques ne répondent pas à ses aspirations.

Binta Sarr dirigeait la section féminine de l’association « Magg Daan » dans son quartier tout en occupant la fonction de responsable régionale de l’hydraulique dans la fonction publique.
Les jeunes femmes de la section féminine de cette organisation ont créé l’APROFES en 1988, après avoir mené des réflexions pour mettre en place une structure autonome formée uniquement de femmes, ayant pour rôle de relever les défis de l’autonomisation économique des femmes et aussi de promouvoir leurs droits.
Dans les années 2000 l’association a reçu l’agrément pour devenir une ONG.

Binta Sarr est Présidente du conseil d’administration de l’Association pour la Promotion de la Femme Sénégalaise (APROFES) qui travaille surtout sur les droits des femmes, pour la promotion du leadership féminin et l’accès des femmes aux instances de décision.
Binta a abandonné une grande carrière d’ingénieure, pour travailler modestement avec des communautés de femmes en milieu rural.

Selon Mme Ndao, directrice des mutuelles de crédit APROFES TERANGA, c’est la profondeur de son engagement féministe qui l’a fait choisir de poursuivre le projet associatif plutôt que de rester dans l’administration.
Et elle a réalisé un travail impressionnant, sans doute en apportant sa rigueur d’ingénieure, allant beaucoup plus loin dans la vision et dans l’ambition que bon nombre d’associations de femmes à travers tout le Sénégal : création de coopératives et de 2 mutuelles de santé et de crédit, car pour l’association il est toujours difficile de trouver des financements. En outre, l’ONG dispose d’un point d’écoute pour les femmes victimes de violences.
L’association gérée uniquement par des femmes, intervient à travers trente-cinq villages de la région de Kaolack dans des projets comprenant des classes d’alphabétisation, la construction de latrines, des programmes agricoles pour assurer la sécurité alimentaire,des causeries de sensibilisation sur les droits de la femme.

Cette association œuvrant pour la promotion de la femme sénégalaise est née du constat selon lequel les femmes rencontrent des difficultés non seulement dans la jouissance de leurs droits élémentaires, mais également dans l’accès aux crédits, à la terre, ou encore aux postes de responsabilité.
Binta Sarr, c’est l’histoire d’une solidarité féminine qui dure, l’histoire d’une détermination qui a mené à une réussite incontestable sur cette voie de la solidarité.

Elle affirme que sans la participation des femmes, le Sénégal ne pourra pas évoluer et se développer, car les femmes représentent la moitié de la population (51 %). C’est pourquoi il est important qu’elles puissent prendre des responsabilités dans les institutions étatiques.
Malgré l’avènement de la loi sur la parité votée en 2010, cette disposition n’est toujours pas effective. À titre d’illustration, aujourd’hui, les femmes ont accès aux conseils municipaux, mais ne siègent pas dans leur bureau.
Les femmes élues à des postes électifs doivent travailler pour l’intérêt de la communauté en tenant compte des intérêts des hommes et des femmes et pas seulement ceux des partis politiques. Leur premier rôle est quand même de pousser à faire respecter les intérêts des femmes, car en général celles-ci sont les plus marginalisées.

Binta nous a quittés le 15 septembre 2019
Il restera de toi…
Il restera de toi ce que tu as donné.
Au lieu de le garder dans des coffres rouillés.
Ce que tu as donné, en d’autres fleurira.
Il restera de toi ce que tu as offert
Entre les bras ouverts un matin au soleil.
Il restera de toi une larme tombée,
Un sourire germé sur les yeux de ton cœur.
Il restera de toi ce que tu as semé
Que tu as partagé aux mendiants du bonheur.
Ce que tu as semé en d’autres germera.
Celui qui perd sa vie, un jour la trouvera.
(Par Simone Veil)

fr_FRFR
Retour haut de page